www.connexion-francaise.com

 

LE SITE-PORTAIL DES FRANCAIS EN ALLEMAGNE

La musique bretonne en Allemagne : Interview de Willi Rodrian
(vendredi 12 août 2005 )

Depuis quand le site breizh.de existe-t-il ?

Le site existe depuis 5 ans maintenant. Je l'ai crée pour mon plaisir personnel, comme « hobby », car j'ai une grande passion pour la musique bretonne. Depuis janvier dernier, j'ai crée ma propre entreprise ... et je pars ce jeudi en Bretagne pour trouver des Sponsors.

Quelle est ta formation ?


Je suis ethnologue, et durant mes études j'ai particulièrement étudiée 2 « ethnies », 2 régions : le Brésil et les indiens d'Amazonie, et la Bretagne. Je pensais d'abord partir là-bas pour la fin de mes études mais j'avais déjà des enfants alors j'ai décidé de rester en Allemagne.

Le site Web http://www.breizh.de/ est en fait le 1er résultat de mon envie de faire connaître la culture bretonne en Allemagne. J'ai beaucoup d'amis musiciens bretons. Je n'ai pas fait cela tout de suite j'ai fait beaucoup de boulots dans beaucoup d'entreprises (notamment comptable), mais cela ne me plaisait pas, et « la Bretagne » voulaient s'ouvrir à de nouveaux marchés alors j'ai décidé de prendre le risque de prendre en charge l'ouverture sur le marché allemand. J'anime d'ailleurs depuis 1998 une émission sur une radio privée locale « Radio Lora », qui s'appelle « Folkfenster » (tous les premiers et troisièmes Lundi du mois de 22h à 24h). La comptabilité je l'ai exercé par hasard car les parents d'un des amis de ma fille cherchaient quelqu'un pour s'occuper de la comptabilité. Je n'ai pas de formation. Je l'ai fait pendant 3 ans, mais c'est un métier « sans morale » où il faut toujours gagner plus. Avec les producteurs c'est plus facile, le but étant de faire la promotion pour pouvoir tous vivre de cela et pas cela pour devenir riche. C'est un « métier », un projet à dimension humaine et c'est cela que j'aime aussi dans ce ce que je fais. J'ai des contacts en Pologne, en Autriche, en Suisse, ce qui permet d'avoir un réseau en dehors de la Bretagne même pour faire tourner les musiciens. Il y a aussi une autre association en Allemagne : l'Association des Bretonnes et Bretons d'Allemagne du Nord (ABBAN - www.abban.de) dont fait partie la maison de la Bretagne à Hambourg : « Ti Breizh »

Es-tu né en Allemagne ?

Oui. J'ai appris le français à l'école. Je n'aimais pas trop cela, j'ai même eu un 5 à mon examen. Mais grâce aux relations professionnelles et aux amitiés que j'ai créés avec des français, j'ai « recommencé » à apprendre et c'est devenu ma « langue d'affaires ». Je retourne 2 à 3 fois par an en Bretagne.

Comment est venue ta passion pour la musique et la culture bretonne en général ?

En 1976 ou 77 j'ai écouté une cassette d'Alain Sivel, cassette que j'ai toujours avec moi. C'est un de mes oncles qui m'a conseillé d'aller en Bretagne. Et c'est ce que j'ai fait lors d'un voyage à travers l'Europe. Je suis resté 2 semaines en Bretagne. En plus, j'adore la cornemuse !! Il y a plusieurs sortes de musique bretonnes. Il y a du jazz, du rock, il y a même de « L'électro techno » bretonne. Il y a d'ailleurs une personne, Pascale Lamour qui fait de la « Techno bretonne », avec de la cornemuse !! En fait, j'aime toutes les musiques : le jazz, le rock, mais ma préféré c'est la musique bretonne. La Bretagne, je la considère comme ma deuxième patrie.

Mais tu aime la musique bretonne ou la musique celtique en général ?

J'ai une préférence pour la musique bretonne mais je diffuse aussi la musique celtique en général dans mes émissions, qu'elle vienne d'Ecosse, d'Irlande etc... Mais pour répondre à ta question précédente, plus précisément, ma passion m'est venue en écoutant la musique. En tant qu'ethnologue, la « biographie musicale » est également importante pour moi : pourquoi un musicien a-t-il utiliser cet instrument par exemple. Je suis également intéressé par la personne qui se « cache » derrière les musiques.

Quelles sont les principales activités de ton entreprise ?

Pour le moment, c'est d'organiser des tournées de musiciens bretons en Allemagne. Normalement, nous allons pouvoir faire 3 ou 4 tournées à Munich (en Décembre), à Freiburg, en Pologne. Il y a un duo qui a déjà effectué une tournée en Octobre 2004 (notamment à l'Institut français de Munich), dont Jean Michel Veillant fait partie, qui est un très bon musicien. Les tournées devraient commencer cet automne.

Tu es seul dans ton entreprise ?

Oui. J'ai crée une Personal Gesellschaft (EURL en français) en Janvier dernier. Mais il y a du travail pour 2 à 3 personnes. C'est pour cela que je vais en Bretagne, pour chercher des sponsors, des personnes qui seraient intéressé d'aider, de faire la promotion de la musique bretonne en Allemagne. Je suis convaincu que c'est une question de « bonne promotion » de la musique à la radio, des articles dans des revues etc... Je connais aussi un réseau d'animateurs qui présentent la musique bretonne dans leurs émissions. J'ai ouvert en Mai dernier, un « Shop » une boutique en ligne, où les gens peuvent trouver un petit catalogue de CD de musique bretonne, que j'ai reçu des producteurs que j'ai contacté en Janvier.

Quels sont tes projets pour ton entreprise ?

Pour le moment, mon objectif est de continuer à organiser des tournées, non seulement de musiciens mais aussi d'écrivains bretons, pour qu'ils fassent des tournées de lecture, afin de promouvoir la culture bretonne. Car la musique est l'élément le plus « visible » de la culture bretonne, mais il y a plein d'autres aspects. J'ai aussi des contacts avec un régisseur afin de pouvoir faire un film qui comparerait la Bretagne avec la Bavière. C'est pourquoi je recherche aussi des personnes intéressées par ce projet. Il y a beaucoup d'idées. Pour le moment je regarde ce qui est réalisable. Car il y a plus d'idées que de temps et d'argent. Donc la question qu'il faut se poser c'est « que peut-on faire ? » La difficulté c'est de toujours trouver des partenaires en Bretagne, car je ne veux pas de projets « unilatéral » avec uniquement des partenaires allemands. Je veux une coopération bilatérale, pour moi c'est obligatoire. Il y a beaucoup de films allemands qui présentent la culture bretonne et qui sont faits hors de la Bretagne et je suis sur que si les bretons voyaient ces films, ils ne se reconnaîtraient pas. Et pour moi, ces projets font partie d'une vision européenne, « l'Europe des régions ». Il est difficile parfois de faire comprendre la passion que j'ai pour la Bretagne et sa culture, notamment à cause de l'incompréhension linguistique entre les Allemands et les Français. Beaucoup de français ne vont pas en Allemagne à cause de la langue et beaucoup d'allemands ne vont pas en France car ils ne parlent pas le français. Il y a pas besoin de voyager loin, en France il y a la montagne, la mer, il y a tout !! Il suffit de passer la frontière. J'ai beaucoup voyagé à travers l'Europe : en Espagne, en Angleterre, en Italie,...Et pour moi c'est un panorama indispensable. Je n'ai pas des vraies racines bavaroises. Mes parents étaient des réfugiés de l'Allemagne de l'Est après la guerre (de Schlesien, aujourd'hui c'est la Pologne). Donc je suis né ici, mais il n'y pas des racines en Bavière. Mais aujourd'hui j'ai des « racines personnelles » en Bretagne. Parfois je suis « jaloux » de mes amis qui ont une patrie, la Bavière. Mais d'un autre côté je suis libre de trouver mes propres racines. Mais je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas. C'est le « Schicksal » des beaucoup d'enfants de l'après guerre.

Où peut-on trouver les dates des tournées et toutes les activités de ton entreprise ?

Il y a 3 sites Internet :

Le problème de mon activité c'est que l'argent ne rentrera qu'après les tournées, alors pour le moment il faut survivre. L'argent ne rentrera qu'en décembre, ce qui représentera un an de travail pour rien ou presque. J'ai de la chance que ma femme qui travaille pour la commune de Munich ait une bonne situation car sinon je ne pourrais pas faire ce que je fais, rester un an sans rien gagner ou presque.

Merci Willi et l'équipe de la connexion francaise te souhaite beaucoup de sucés !